Nanisme et adolescence

 
 
 
Actualités > Nanisme > Psychologie > Nanisme et adolescence
 

Puisque les nouveaux parents reçoivent généralement le diagnostic du nanisme de leur enfant lors de ses deux premières années de vie, ils ont le temps de lui apprendre à apprivoiser sa condition. Malgré tout, c’est parfois à l’adolescence que le jeune vit sa prise de conscience.

Pour lui éviter d’être pris au dépourvu, ce sera à son environnement (en majeure partie ses parents) de lui permettre de développer sa confiance en lui et son autonomie. Pour ce faire, il faut éviter de surprotéger l’enfant. Il doit apprendre à connaître ses capacités et, avec ses parents, à bien vivre ses limitations fonctionnelles. Aussi, l’adolescent a besoin de connaître des expériences enrichissantes et positives. Il doit vivre ses passions et se dépasser afin de s’accomplir et d’être épanoui. Tout ceci facilitera grandement l’acquisition d’autonomie du jeune adulte de petite taille, particulièrement si l’on évite de l’aider sans cesse pour lui épargner des efforts ou lui faire gagner du temps : il est capable seul et doit s’en rendre compte!

Pour ce qui est de développer des relations d’amitiés, les meilleurs atouts seront sans doute de s’avérer souriant, relativement extraverti et d’avoir un bon sens de l’humour. Aussi, faire les premiers pas reste une très bonne initiative qui facilitera la prise de contact avec les autres adolescents. Si le jeune a besoin d’un modèle pour se bâtir une image d’un adulte de petite taille accompli et bien dans sa peau, les réunions de l’AQPPT seront pour lui l’occasion de rencontrer des personnes de tous les âges vivant la même situation que lui.

Comme tous les jeunes adultes, les personnes de petite taille commencent à songer fortement à se trouver un(e) partenaire au cours de l’adolescence. Cette recherche représente tout de même un défi en soi. Elles devront d’abord et avant tout apprendre à aimer leur propre corps qui n’est pas toujours accepté par les autres ou par eux-mêmes. On peut alors s’attendre à deux types de comportements extrêmes : de la coquetterie agressive chez la jeune femme et une attitude très virile chez le jeune homme ou, à l’opposé, un renfermement sur soi-même, une fuite. Comme les préjugés sont présents, certaines personnes de petite taille sont entraînées vers une dévalorisation de leur image tandis qu’au contraire, d’autres s’acceptent pleinement. C’est souvent une question de temps avant de rencontrer la bonne personne, qu’elle soit de petite taille ou de taille classique.

 

 
 
Plan du site
Nous contacter

6300, avenue du Parc, bureau 430
Montréal, Québec, Canada, H2V 4H8

Téléphone : 514-521-9671 | Télécopieur : 514-521-3369
Courriel : info@aqppt.org
Joignez-nous sur notre page Facebook!

Informations supplémentaires

© 2008 AQPPT
Conception et réalisation: Jon D.D.