Inclusion scolaire

 
 
 
Actualités > Inclusion > Inclusion scolaire
 

La première confrontation avec le monde extérieur passe souvent par l'école : il s’agit d’une étape déterminante dans le processus de socialisation. L'enfant doit prendre conscience que, bien qu'il soit petit, il est intellectuellement normal et qu'un nombre grandissant de personnes de petite taille complètent des études supérieures. Les problèmes mnémoniques parfois soulignés chez les enfants de petite taille seraient expliqués par les efforts physiques constants créés par un environnement non adapté.

Il est normal qu'un enfant de petite taille intègre une classe régulière. Ce milieu lui procure plus de stimulation et évite la marginalisation. Nous n'insisterons jamais assez sur le fait que l'enfant, en dépit de sa taille, est apte à vivre une vie tout à fait normale. Nous admettons qu'il puisse être impressionnant de rencontrer un enfant de cinq ans pesant douze livres (5.5 kg). Toutefois, sa condition physique ne doit pas faire douter que ses facultés intellectuelles puissent être tout à fait normales en regard de son âge.

Dans la majorité des cas d’intégration scolaire, les parents obtiennent la collaboration des directions d'écoles. Un ergothérapeute intervient dans le processus afin de bien définir les besoins de l'enfant et effectuer les modifications nécessaires. Ces adaptations se résument en réalité à peu de choses : un pupitre de travail et une chaise adaptés, un crochet abaissé, un banc, une chaise ergonomique, un siège de toilette, un casier mobile...

L'enfant de petite taille, accueilli avec sa différence, aura toutes les chances d'accéder à l'autonomie, de se prendre en charge et de vivre librement. Pour leur part, ses camarades d'école apprendront à considérer une personne ayant des limitations fonctionnelles comme une personne à "part égale".

Le témoignage qui suit date de plusieurs années mais il constitue un bel exemple d’entrée en maternelle pour un enfant de petite taille. Pour échanger avec d’autres parents d’enfants ayant le nanisme ou pour obtenir un soutien personnalisé, veuillez consulter la section réservée aux membres (voir la page Prendre part à l’AQPPT dans la rubrique Qui sommes-nous?).

Une intégration scolaire bien réussie !

Notre garçon, Daniel Carmichael, a commencé la maternelle en septembre dernier. L'AQPPT est venue expliquer aux élèves de toute l'école, en quoi consiste le handicap de notre fils. L'expérience a été très positive. Les interventions de Karine Villeneuve et Francine Boutin ont largement répondu à la curiosité des enfants de sa classe. Alors, bravo pour cette initiative de l'AQPPT qui prend le temps de bien expliquer aux enfants tout ce qui concerne le nanisme et ce, avec simplicité et efficacité.

Bien sûr, il y a eu la période au début où les enfants des autres classes regardaient par la fenêtre pour voir quelle allure Daniel avait. Mais l'interrogation a vite fait place à l'acceptation. Maintenant, nous entendons des "salut Daniel" par ici, "salut Daniel" par là. Nous devons apprendre à Daniel à répondre correctement aux questions des enfants même s'il ne les connaît pas... Dans sa classe, les enfants semblent plus voir en Daniel sa personnalité que son handicap. Il n'a d'ailleurs aucune difficulté à se faire des amis.

Nous avons aussi fait partie d'un projet pilote avec le Centre Cardinal Villeneuve sur l'intégration scolaire. L'an passé, Daniel a été filmé dans sa classe de pré-maternelle; son éducatrice et moi avons également participé au vidéo. Cette cassette a été présentée à son professeur de maternelle avant sa rentrée. Elle a beaucoup apprécié avoir un aperçu de Daniel avant de le recevoir. J'ai observé l'importance qu'il faut accorder à l'enseignante qui reçoit l'enfant et qui doit répondre à ses besoins. Elle doit être bien informée car c'est elle qui a la responsabilité de voir à la meilleure démarche à suivre avec les autres enfants.

De plus, nous avons eu une excellente collaboration avec l'école. À la fin du mois d'août, une rencontre avec la directrice, le professeur, le psychologue et une personne du projet pilote a été fixée afin de les familiariser et voir ensemble tout ce qui pouvait être fait afin de faciliter la rentrée scolaire de Daniel. Dès la première journée, j'ai participé à une rencontre de parents. La directrice a pris quelques minutes pour les informer qu'il y avait un enfant de petite taille dans le groupe. Elle leur a demandé d'en glisser un mot à leurs enfants à la maison afin de les informer sur le sujet. J'ai été très touchée par cette belle initiative.

Pour fonctionner, Daniel dispose de quelques aides techniques comme des petits bancs pour atteindre l'abreuvoir ou pour faire de la peinture, un loquet abaissé sur la porte de la toilette, une chaise tripp trapp à la cafétéria, etc. Une accompagnatrice l'aide en éducation physique. À cause de ses hanches, il a une marchette qu'il utilise pour aller à l'extérieur. Ne pouvant monter seul dans l'autobus scolaire, il utilise un service de transport adapté, c'est-à-dire qu'il va à l'école en taxi. Pour avoir accès à toutes ces aides techniques, nous en avons fait la demande lors de son inscription à la maternelle en février dernier. L'ergothérapeute et la physiothérapeute de Daniel sont venus à l'école pour évaluer ses besoins.

Ainsi donc, nous avons la joie de voir partir pour l'école chaque jour un petit garçon heureux dans son cœur. Pour nous, c'est le signe qu'il est très bien intégré dans son milieu. Nous en sommes très reconnaissants à tous ceux et celles qui ont contribué à cette réussite. J'espère que ce témoignage encouragera et donnera des idées aux parents de jeunes enfants de petite taille.

Aline Côté,
maman de Daniel Carmichael

 

 
 
Plan du site
Nous contacter

6300, avenue du Parc, bureau 430
Montréal, Québec, Canada, H2V 4H8

Téléphone : 514-521-9671 | Télécopieur : 514-521-3369
Courriel : info@aqppt.org
Joignez-nous sur notre page Facebook!

Informations supplémentaires

© 2008 AQPPT
Conception et réalisation: Jon D.D.